Antiquités
Aristote : La loi du levier

On trouve l'une des premières représentations scientifiques du principe du levier – sur lequel repose la conception de toutes les pinces – dans le traité consacré à la mécanique attribué au philosophe grec Aristote (384-322 av. J.C.).
« Dans le chapitre consacré au levier, la force et la charge sont toutes les deux considérées comme poids, donc comme grandeurs directement comparables. Aristote considère donc qu'il est possible de formuler la loi du levier suivante : le poids qui est mû est au poids qui meut en raison inverse des longueurs des bras de levier ; toujours, en effet, un poids mouvra d’autant plus aisément qu’il sera plus loin du point d’appui (850a30 ff). Aristote applique à nouveau cette déclaration établie dans les chapitres suivants à l'analyse de différents instruments et dispositifs techniques ; des rames et des gouvernails, la tenaille du dentiste et le casse-noix sont considérés comme levier ou combinaison de leviers et expliqués à l'aide de la loi du levier. »
(Helmuth Schneider, Einführung in die antike Technikgeschichte (Introduction à l'histoire de la technique antique), Darmstadt 1992)

Les photos montrent les pages d'une édition de l'ouvrage intitulé « Mécanique » de 1599.